Parler Bambin - Programme national

ACTUALITÉS :

QUELS ENSEIGNEMENTS TIRER DU PROGRAMME NATIONAL PARLER BAMBIN ?

Une première en France : pendant 5 ans, le programme national Parler Bambin a porté l’ambition de coupler la recherche et l’action grâce à un vaste accompagnement des professionnel.les de crèches. L’objectif : étudier les effets de cette approche pédagogique qui vise à prévenir les inégalités sociales en ciblant le développement langagier des tout-petits. L’Agence nouvelle des solidarités actives, pilote de ce projet, publie aujourd’hui les enseignements tirés de cette expérimentation novatrice.

Parler Bambin : une approche pédagogique qui entend prévenir les inégalités sociales dès la petite enfance

De plus en plus d’études soulignent les écarts importants dans le développement langagier des enfants avant même leur arrivée à l’école. Une situation qui alerte Florent de Bodman, directeur de l’association 1001 mots : « les enfants des familles les plus aisées maitrisent deux fois plus de mots que les enfants des familles les plus défavorisées ». On constate malheureusement que cet écart a tendance à se creuser tout au long de la scolarité de l’enfant et ainsi aboutit à une reproduction des inégalités sociales à l’âge adulte.

Si plusieurs expérimentations ont déjà été menées sur le sujet, notamment dans les pays anglo-saxons, aucune n’a bénéficié jusqu’alors d’un déploiement à très grande échelle auprès d’établissements d’accueil du jeune enfant dans le contexte régulier d’exercice de leurs missions. C’est en cela que le programme national Parler Bambin, déployé entre 2016 et 2021, est particulièrement novateur. Les professionnel.les de 94 crèches ont ainsi été formés aux pratiques favorisant le développement langagier des 0-3 ans afin de prévenir l’apparition d’inégalités dans l’acquisition du langage.

Durant ces cinq années, cette expérimentation a été suivie de près par des chercheurs des laboratoires J-PAL Europe et Dynamique du Langage de Lyon pour en évaluer rigoureusement les effets. Grâce à ces résultats et aux retours de terrain, l’Agence nouvelle des solidarités actives, pilote du projet, partage aujourd’hui une capitalisation des enseignements.
LIRE LA SUITE